Stoicon 2020 : le Stoïcisme est vivant, efficace et de plus en plus connu !

Le 17 octobre 2020, l’association Modern Stoicism a organisé la huitième édition de la Stoicon (Stoic Conference). Ce rendez-vous unique en son genre réunit chaque année des chercheurs, pratiquants et amateurs de la philosophie stoïcienne. Pour la première fois – crise sanitaire oblige – l’événement s’est intégralement déroulé en ligne. Pendant plus de huit heures, Donald Robertson, Massimo Pigliucci et Phil Yanov ont assuré l’animation et le bon déroulement des conférences sur l’application Zoom. Que fallait-il retenir de ces vingt-deux présentations qui ont réuni plus de 2000 internautes ?

Les douze interventions de trente minutes, le discours de l’invité d’honneur et les dix mini-exposés de cinq minutes peuvent être réduits à trois points principaux : le stoïcisme est un système vivant, un système efficace et un système qui suscite de plus en plus d’intérêt.

Le Stoïcisme est une philosophie en perpétuelle évolution

De façon notable, trois intervenants ont insisté sur la nécessité d’accompagner consciemment le processus d’évolution du Stoïcisme, qui, comme toute philosophie de vie ou religion, n’échappe pas au changement. Piotr Stankiewicz a ainsi exposé son projet de Stoïcisme réformé qui abandonne les termes flous (suivre la Nature, le Destin…) et met l’emphase sur la notion de récit et d’utile, Sharon Lebell a insisté sur la nécessité de tenir compte de l’expérience des femmes dans la modernisation du Stoïcisme pour prétendre à l’universalité, et Massimo Pigliucci a mis l’accent sur l’importance d’articuler le système aux connaissances scientifiques actuelles, rejetant ainsi une bonne partie de la (méta)physique stoïcienne.

Le Stoïcisme a des effets positifs avérés

Au-delà de la théorie, dans la pratique, le Stoïcisme a des effets bénéfiques qui sont à présent mesurés. Comme chaque année, Tim Lebon, en charge de la recherche de l’association Modern Stoicism, est revenu sur l’impact positif des exercices stoïciens. Avec seulement sept jours de pratique, les individus sont en majorité plus heureux, plus enthousiastes, plus confiants. Plus de 27 émotions positives sont associées à cette évolution. Ces données tendent à se confirmer avec l’échelle des attitudes et comportements stoïciens (SABS), conçue en 2018 pour mesurer le degré de stoïcisme des individus.

Les pratiquants de Stoïcisme eux-mêmes soulignent les effets positifs de leur philosophie de vie. Parmi les intervenants, l’autrice à succès Karen Duffy a partagé sa rencontre avec Épictète et la façon dont les enseignements stoïciens l’ont aidé à faire face à la maladie de la neurosarcoïdose et aux douleurs chroniques qui l’accompagnent. Les témoignages des mini-conférences ont également illustré la façon dont le Stoïcisme peut aider des individus en souffrance, dans des situations très diverses, par exemple pour lutter contre l’obésité morbide ou les traumatismes sexuels.

Le Stoïcisme suscite un intérêt croissant d’une année à l’autre

Dans son discours, l’invité d’honneur et professeur de philosophie William Irvine, a souligné la popularité toujours croissante du stoïcisme. En septembre 2020, pas moins de 50 livres sur le stoïcisme (en anglais) ont été publiés rien que sur Amazon. C’est sans commune mesure par rapport à 2008, année de publication de son livre devenu classique A Guide to the Good Life : The Ancien Art of Stoic Joy. Les statistiques de recherche Google montrent également un regain d’intérêt envers la doctrine de Zénon durant la pandémie de coronavirus. Le fondateur de Modern Stoicism et professeur émérite Christopher Gill a d’ailleurs centré son discours sur le « Stoïcisme en action après le confinement », soulignant l’utilité du système pour ancrer les comportements de résilience, de bon voisinage et le sens de la justice envers autrui et l’environnement.

Cette évolution quantitative est aussi qualitative. Les thèmes explorés par le Stoïcisme sont toujours plus nombreux. Après une introduction générale par John Sellars, Andi Sciacca, Greg Lopez, Chuk Chakaprani et Tom Butler-Bowdon ont chacun exploré des thèmes précis du Stoïcisme : des relations humaines au développement personnel en passant par une étude approfondie de la notion d’indifférent et de la stratégie d’élimination des quatre vices (l’ignorance, l’excès, la peur, l’injustice).

L’équipe de la Stoicon 2020 et les conférenciers

Une philosophie de vie vivante, utile et populaire, voilà ce qui ressort de cette Stoicon 2020 ! L’absence de réunion physique n’a pas empêché de ressentir la proximité intellectuelle entre les participants. Pour celles et ceux qui le désirent, l’expérience se prolonge à présent avec la traditionnelle semaine stoïcienne et les événements Stoicon-x.

Liens :
Stoic Week : https://learn.modernstoicism.com/p/stoic-week
Stoicon-x events: https://modernstoicism.com/stoicon-x-events/


Retrouvez du contenu exclusif sur mon Tipeee
https://fr.tipeee.com/un-regard-stoicien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s